L’écologie politique nantaise se deconfinise !!! « EELV Nantes plaide pour la réouverture des marchés à Nantes. » »

RESTER A LA MAISON : simple non ?

Pour l’écologie et la politique on verra cà plus tard !

Merci La gueguerre electoralo- politico -municipale me semble vraiment mesquine et inapropriée en ces temps d’hécatombe

Et si propos étayé de la part d’eelv nantes, ce serait bien de citer réfeérence de l etude dans communiqué non ?

Histoire que le citoyen(ne) ne meure pas idiot(e)

RESTER A LA MAISON : c’est simple ! non ? Pour le moment, vu la pénurie de masque, blouses, sérums, tests, medicaments, vaccins le plus simple c’est rester chez soi et les gestes barrière !

Bon moi je veux bien qu’on ouvre les marchés (#eelv #nantes ) , les écoles #Macron , les entreprîses (#Medef) mais pourquoi pas le #bar #café du coin où promis je garderai bien entendu mes distances à condition que le muscadet soit bio !

Ah oui , j oubliais on pourraitt peut être voter pour les municipales avant le 11 Mai
Cà permettrait de nous distraire en échangeant sur l avenir ligérien ou autre …

Un peu d humour ne nuit jamais !

ai voulu mettre lien vers site https://nantes.eelv.fr/eelv-nantes-plaide-pour-la-reouverture-des-marches-a-nantes/ mais ca fontinnait pas : Donc je diffuse le communiqué ci dessous

Communiqué de presse du groupe local EELV de Nantes

Les écologistes demandent la réouverture des marchés ouverts de proximité dans tous les quartiers nantais, avec la mise en place de mesures adaptées au contexte sanitaire de la crise du Covid-19.

Alors que les marchés constituent un débouché vital pour les producteurs du territoire, beaucoup de Nantaises et de Nantais se trouvent actuellement privé·e·s d’un moyen d’approvisionnement en produits frais et locaux dans leur quartier.

Aucune étude sérieuse ne démontre qu’il serait plus dangereux de s’approvisionner sur un marché que dans un supermarché. Si les mesures de distanciation et de précaution sont mises en place, un marché ouvert en extérieur présente même moins de risques qu’un supermarché climatisé en milieu fermé.

Le traitement actuel, favorable aux supermarchés, crée une situation de concurrence déloyale entre des producteurs privés de débouchés et des entreprises en quasi-monopole de distribution alimentaire, concurrence qui ne peut plus durer. Plus encore, il accentue la dépendance des producteurs à la grande distribution qui peut ainsi s’autoriser, dans la crise sanitaire actuelle, à fixer le prix d’achat de produits frais à ses propres conditions.

D’autres solutions ingénieuses prenant en compte ces enjeux sont mises en œuvre par les réseaux de producteurs et les acteurs de l’Économie sociale et solidaire (ESS) : AMAP éphémères, micromarchés, confection de paniers de produits frais en circuit-court via les épiceries engagées, développement de la vente à la ferme, etc. Mais, ces solutions indispensables que nous soutenons sans réserve ne peuvent à elles seules absorber l’ensemble de l’offre et de la demande locale, et elles ne touchent pas tou·te·s les Nantais·e·s jusqu’au cœur des quartiers.

Il n’est pas acceptable, même en période de crise, qu’une alimentation fraîche et saine soit réservée à une minorité quand la majorité n’aura accès qu’aux produits de l’agro-industrie. Manger et acheter naturel au plus près de chez soi est un droit pour chacun·e, quel que soit le contexte. Dans les quartiers, la fermeture des marchés contribue à accroître les inégalités sociales et de santé pour les habitant-e-s comme pour les producteurs/trices.

D’autres grandes villes (Grenoble, Rennes…) ont déjà pris la décision de rouvrir l’ensemble ou une partie de leurs marchés avec une organisation spécifique et la mise en place de mesures de précaution renforcées ; d’autres communes de la métropole nantaise ont fait de même : c’est possible, et dans des conditions sanitaires exemplaires. Et Nantes fait figure d’exception, sans justification sanitaire.

Pourquoi ce qui est possible ailleurs ne le serait pas à Nantes ? Alors même que le ministre de l’agriculture, lui-même, a appelé dimanche les maires et les préfets à favoriser la réouverture des marchés alimentaires quand les mesures de sécurité sanitaires pour contrer l’épidémie de Covid-19 sont respectées.

Nous demandons pendant la crise, et en priorité, la réouverture des marchés de quartier destinés à une clientèle de proximité, et ce dans les conditions suivantes :

  • les marchés se tiennent à leurs jours habituels d’ouverture comme pour l’ensemble des activités économiques du pays, les étals sont limités aux biens alimentaires.
  • les clients ne doivent plus remplir eux-mêmes les paniers / se servir.
  • les règles de distanciation sont renforcées (8 mètres entre chaque étal, 1 mètre entre l’étal et le client…).
  • si l’emprise du marché sur la voie publique ne peut être augmentée au regard de la configuration de l’espace, le nombre de commerçants est limité et un roulement sera effectué les services municipaux sont mobilisés pour organiser les marchés et faire respecter les règles (attestation & papier d’identité, venir seul·e, règles de distanciation, …).

Pour le groupe local, Christine Ladret et Franck Barreau, porte-parole.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s